logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/09/2015

Migrants, réfugiés: le poids des mots ne doit pas faire oublier leur sens

C'est la définition du Petit Larousse : "Migrant/e (adjectif et nom), qui effectue une migration, Population migrante". Certes, les milliers d'hommes, de femmes, d'enfants qui,  depuis des mois, tentent d'aborder aux côtes européennes, représentent des populations en migration, en déplacement. Sauf que...


... Ces populations-là risquent leur vie au cours de ces traversées, fuyant la torture, les massacres, la guerre. En droit, ces hommes, ces femmes, ces enfants ne sont pas des migrants qui  traverseraient volontairement les frontières pour des raisons économiques. Ce sont des réfugiés, au sens où les renvoyer vers leur pays d'origine revient à les condamner aux persécutions et à la mort.

Envers les réfugiés, les Etats ont un devoir de protection, codifié dès 1951, puis en 1967, par une Convention internationale que la France a signée, ratifiée, et transcrite dans sa propre législation. Le texte intégral de cette Convention relative au statut des réfugiés, et celui du Protocole de 1967 qui la complète, se trouvent ici.

Pourquoi insister sur la différence de sens ? Parce qu'elle implique une différence de statut. Le 31 août 2015, un texte du Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) l'expliquait très clairement :

" Les réfugiés sont des personnes qui fuient des conflits armés ou la persécution. Leur situation est souvent si périlleuse et intolérable qu'ils traversent des frontières nationales afin de trouver la sécurité dans des pays voisins, et sont par conséquent reconnus internationalement comme des réfugiés ayant accès à l'aide des États, du HCR et d'autres organisations. (...)

"Les migrants choisissent de s'en aller non pas en raison d'une menace directe de persécution ou de mort, mais surtout afin d'améliorer leur vie en trouvant du travail et, dans certains cas, pour des motifs d'éducation, de regroupement familial ou pour d'autres raisons." Du reste, les migrants relèvent d'une autre Convention des Nations unies, sous-titrée "Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille".

"Pour les gouvernements, cette distinction est importante, poursuit le HCR. Les pays gèrent les migrants en vertu de leurs propres lois et processus en matière d'immigration. Les pays gèrent les réfugiés en vertu des normes sur la protection des réfugiés et de l'asile aux réfugiés qui sont définies dans les lois nationales et les lois internationales. Les pays ont des responsabilités précises envers les demandeurs d'asile sur leurs territoires et à leurs frontières."

La France ayant ratifié et signé la Convention relative aux réfugiés, comment va-t-elle s'acquitter de ses obligations internationales ? "Avant,[sur cette question], je restais d'un pessimisme cruel" énonçait l'ancien Premier ministre Michel Rocard le 7 septembre sur France Inter (Téléphone Sonne, émission spéciale, à écouter ici*). "(...) Parce que les Etats n'y peuvent pas grand chose, sauf si les ordres de l'opinion changent**.

Mais il ajoutait aussi : "Ces jours-ci, le pape, l'Allemagne, beaucoup d'émotion, des familles qui bougent, il se passe dans l'opinion quelque chose qui pourrait, peut-être, amorcer un changement"... Le même jour, le président de la République annonçait que la France allait recevoir 24 000 réfugiés de plus en deux ans. Ce "supplément" s'ajoute aux 9000 personnes que la France s'est engagée à accueillir auprès de l'Union européenne. Un début ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

* L'émission dure deux heures. L'intervention de Michel Rocard et d'autres invités sont visibles en courtes vidéos sur le site de France Inter.

**De fait, au 8 septembre, de sondage en sondage, lorsque la question se pose d'accueillir des réfugiés, plus de 50% de Français réagissent encore par la négative. Sauf, soulignons-le, les plus de 65 ans : questionnés par l'institut Elabe pour BFM-TV, les 1er et 2 septembre, 62 % d'entre eux répondaient favorablement à l'accueil de ces populations.

 

 

Commentaires

Jai cessais de donner mon opinion , car aussitôt que l' on est rétissant a l' accueil en masse ,on passe pour des racistes !

Écrit par : chretien | 11/09/2015

oui tout a fait d accord avec chrétien pourquoi demander notre avis ? il faut etre en harmonie avec la masse ? non ?

Écrit par : mamie | 11/09/2015

"on commence par céder sur les mots ,mais on finit par céder sur les choses"S.Freud
Il ne s'agit pas,seulement,d'un débat lexical théorique.Mais de réalité humaine.Comment nommer
les personnes(hommes,femmes,enfants)sert à définir leur statut,dire qui ils sont et ce qu'ils vivent.Dire qu'ils sont migrant c'est les noyer dans une généralité globale,mais,ça sert aussi
à éveiller des stéréotypes dans l'inconscient collectif.Car,migrant revoit à affamé,miséreux,etc
Mais,réfugié,exilé nous dit autre chose?La contrainte,la peur,la fuite d'une zone de menace
et de guerre;Il y a des précédent que certains veulent oublier ou occulter ..Hier les arméniens,
puis les républicains espagnols,mais,aussi les pieds noirs(dont fait parti le Maire de Bézier)
Ils arrivent ,c'est ce que certains disaient ,déjà,des pieds noirs ces migrants ou ces exilés forcés.
Ces exilés,réfugiés en exode nous posent la question de quelle est notre humanité?Ils interrogent notre conscience ,que pouvons-nous faire pour eux à notre niveau.Chacun
peut répondre à sa manière ou ne pas répondre.Mais on ne peut rester insensible à
la tragédie humaine qui se vit devant notre yeux.

Écrit par : Fouatih | 12/09/2015

"on commence par céder sur les mots ,mais on finit par céder sur les choses"S.Freud
Il ne s'agit pas,seulement,d'un débat lexical théorique.Mais de réalité humaine.Comment nommer
les personnes(hommes,femmes,enfants)sert à définir leur statut,dire qui ils sont et ce qu'ils vivent.Dire qu'ils sont migrant c'est les noyer dans une généralité globale,mais,ça sert aussi
à éveiller des stéréotypes dans l'inconscient collectif.Car,migrant revoit à affamé,miséreux,etc
Mais,réfugié,exilé nous dit autre chose?La contrainte,la peur,la fuite d'une zone de menace
et de guerre;Il y a des précédent que certains veulent oublier ou occulter ..Hier les arméniens,
puis les républicains espagnols,mais,aussi les pieds noirs(dont fait parti le Maire de Bézier)
Ils arrivent ,c'est ce que certains disaient ,déjà,des pieds noirs ces migrants ou ces exilés forcés.
Ces exilés,réfugiés en exode nous posent la question de quelle est notre humanité?Ils interrogent notre conscience ,que pouvons-nous faire pour eux à notre niveau.Chacun
peut répondre à sa manière ou ne pas répondre.Mais on ne peut rester insensible à
la tragédie humaine qui se vit devant notre yeux.

Écrit par : Fouatih | 12/09/2015

D'accord avec Mr Fouatih . Le sens de chaque mot employé est important . Soit on est "expatrié" pour les bons européens ou autres pays "dits" développés, soit on est migrants pour tous les autres. On ne quitte pas sa terre natale pour le plaisir de se déraciner. Ces réfugiés ne sont pas des migrants venus à la quête de l'assurance chômage ou RSA mais uniquement pour fuir des dictatures, la guerre, la famine, etc... et essayer de donner un peu de paix et de bonheur à leurs enfants et surtout la possibilité de vivre tout simplement sans avoir "la peur au ventre".
Si l'on revient 60 ans en arrière, nous sommes heureux que la Suisse, pays neutre, ait pu accueillir des milliers de réfugiés fuyant la guerre (aujourd'hui diriez vous d'eux des migrants ??). Quand il s'agit de tragédie humaine, on doit réagir avec son cœur et non pas avec de mauvais calculs et de fausses idées de suspicion.
Effectivement, il y a toujours eu des peuples obligés de fuir, de s'exiler et espérons que ceux qui pu être accueillis seront les premiers à régir positivement à cette tragédie contemporaine. On ne pourra pas dire à nos enfants et petits enfants "on ne savait pas".

Écrit par : Perroteau | 13/09/2015

Il faudrai avoir le % de migrants et de réfugiés . Force est de constater que beaucoup de jeunes préfèrent faire valoir les droits de l'homme plutot que de défendre leur pays . Pour une famille complète bien sûr que nous devons les accueillir mais cela concerne 20 % de la masse . Le reste est composé de beaucoup de déserteurs et de migrants qui profitent de cet exode pour venir en Europe afin de profiter de notre système de couverture sociale .leur but est de s'installer et de faire venir la famille ,d'ailleur leur trajet est payé par la cotisation de leur famille . Apres nous avons un probleme d'adaptation ! Qui doit s'adapter . Le pays d'accueil ou L'étranger qui vient avec sa culture ( alimentaire . Religieuse . Vision de l'avenir ) Acceuillir oui , mais en nous faisant respecter .

Écrit par : Le Pallec | 27/10/2015

Si ces milliers d'individus qui migrent vers la France ou vers d'autres pays de l'Europe fuient la barbarie ou cherchent une vie meilleure, moi je me pose d'autres questions.
Bien que les médias trompent l'opinion publique en ne montrant que des images où se trouvent quelques femmes et des enfants, voys conviendrez qu'il ne s'agit que d'hommes de moins de 40 ans qui abandonnent femmes et enfants, mais aussi les aînés !
C'est pas gênant si ceux là se font massacrer !
En 1940, suite à l'invasion allemande, nos familles fuyaient aussi, c'était l'exode ! Mais ça ne concernait que des femmes et des enfants et des personnes âgées des 2 sexes, car les jeunes hommes de moins de 40 ans et même plus étaient occupés militairement pour défendre la patrie. Et je ne parle pas de la Résistance !
Qu'en est il de ces lâches, deces poltrons qui fuient...ou qui nous envahissent ? Ne sont ios pas quasiment tous des musulmans ? Connaissez vous la différence qui existe entre théocratie et démocratie ?
Alors, réfléchissez avant de donner des leçons d'humanisme et que ceux qui se sentent humanistes partagent ce qu ils possèdent et non pas le bien des autres en se servant au passage !

Écrit par : pierru | 08/11/2015

Ne confondons pas nos migrants d'après guerre. Polonais . Italiens . Espagnols qui ce sont adaptés à notre culture et sont venu reconstruire une France ravagé . J'ai habité une cité ou tous mes copains sont issus de cette émigration de gens volontaires , bosseurs, respectueux Mais nous sommes en 2015 et force est de constater que nous n'avons pas les mêmes migrants et que les faits divers sont souvent commis par des gens qui ne s'appel pas Dupond ou Durand . Nos prisons sont occupées à 60 % par qui ? Les fiches S ne porte pas de nom chrétiens . Avec tous ces réfugiés combien de malfrats vont passer les Frontières . Combien de clandestins vont essayer d'obtenir un droit d'azile et des papiers afin de faire valoir le regroupement familial . Combien vont s'adapter à notre culture sans mettre en avant leur religion et leur vision du monde .Parfois le Français est bien naïf ! Mais pas eux !

Écrit par : Le Pallec | 10/11/2015

Comment ne pas imaginer que dans ces hommes (jeunes)pourraient s' être "glissés"des terroristes? en regardant les reportages,certains prenaient la parole dans un anglais parfait???
Les "loups" sont dans la bergerie(France)........

Écrit par : Treiber | 15/11/2015

Comment ne pas imaginer que dans ces hommes (jeunes)pourraient s' être "glissés"des terroristes? en regardant les reportages,certains prenaient la parole dans un anglais parfait???
Les "loups" sont dans la bergerie(France)........

Écrit par : Mirabel53 | 15/11/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique